Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Patrick Boube, conseiller général d'Aurignac (PCF) «inquiet pour la ruralité»

Maire de Boussan et conseiller général du canton d'Aurignac, Patrick Boube (PCF) est opposé au redécoupage des cantons voté hier par l'assemblée

Que pensez-vous de la réforme et du nouveau mode d'élection des conseillers départementaux ?

Le projet de loi, porté par Manuel Valls, relatif au nouveau mode d'élection des futurs conseillers départementaux abandonne la ruralité.

Ce mode de scrutin départemental, rejeté à deux reprises par le Sénat, et par cinq groupes sur six à l'assemblée nationale ne peut susciter que perplexité et scepticisme. Il est en effet difficile de cautionner une telle loi qui va «hyper représenter» l'urbain au détriment de la ruralité.

Que vont apporter le binôme et la parité?

Jusqu'à présent, les conseils généraux avaient un représentant par canton, en charge de sujets qui n'ont aucun lien avec le nombre d'habitants : social, collèges, transports, agriculture, tourisme... Désormais, il y aura un grand déséquilibre quand dans certains départements, il y aura un canton pour 10.000 habitants, et dans d'autres, comme la Haute-Garonne, le canton en représentera 40.000. Même s'il rejette l'instauration du conseiller territorial que voulait le gouvernement précédent, le gouvernement a adopté un projet de loi visant à instaurer l'élection d'un binôme de candidats de sexe différent dans des cantons dont le périmètre serait doublé et le nombre divisé par deux.

Que va devenir le canton d'Aurignac dans cette affaire ?

Le paysage cantonal va être profondément modifié. Certains conseillers départementaux élus vont représenter un «pâté de maison», et d'autres une centaine de communes dans les campagnes. Le canton d'Aurignac sera ainsi absorbé dans un ensemble bien trop important pour que la réalité et ses spécificités territoriales soient prises en compte

Quelle serait selon vous la meilleure formule ?

L'objectif de la parité est une bonne chose, mais fallait-il inventer un mode de scrutin unique au monde : l'élection d'un «couple» sur chaque nouveau canton ? Pour garantir la parité et le pluralisme, il suffit de s'inspirer des deux modes de scrutin qui font l'unanimité aujourd'hui et qui sont en vigueur pour les élections municipales et régionales : le scrutin départemental à la proportionnelle qui aurait aussi l'intérêt d'éviter des assemblées monocolores et assurerait en même temps la diversité politique et la parité.

La Dépêche du Midi du 18/04/2013

 

Patrick Boube, conseiller général d'Aurignac (PCF) «inquiet pour la ruralité»