Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Redécoupage des cantons : 3 questions à Patrick BOUBE, Conseiller Général (PCF/Front de Gauche) au Conseil Général de la Haute-Garonne.

Le nouveau découpage des cantons de la Haute-Garonne, concocté par le ministère de l’intérieur vient de paraître. Les conseillers généraux vont devoir donner leur avis sur cette proposition lors d’une session extraordinaire prévue du 12 au 18 novembre.

1/Quelles sont vos premières réactions ?

Le Préfet viendra présenter le 12 novembre 2013 devant l’assemblée départementale le projet et les critères qui prévalent à ce redécoupage. Ensuite l’assemblée et ses composantes politiques émettront un avis qui sera transmis au Conseil d’Etat. Je tiens à dire tout d’abord que nous ne sommes pas pour le statut quo qui fait apparaître beaucoup trop de disparités entre canton. Le canton le moins peuplé est Saint-Martory avec 3668 habitants, le plus peuplé est celui de Toulouse15 avec 66117 habitants. Mais entre l’ancien découpage des cantons datant de 1801 et ce nouveau mode de scrutin, unique au monde, positionnant deux élus sur le même territoire qui peuvent en avoir deux visions bien différentes, il y avait et il y a toujours place pour un autre type de scrutin. Dans le futur canton de Cazères, englobant notre canton d’Aurignac, la mise en œuvre de ces critères, obligerait 2 élus à couvrir 89 communes. Cela représente 132 communes pour le futur canton de Bagnères-de-Luchon. Comment pourraient-ils à eux seuls représenter un territoire aussi vaste ? Nous sommes loin d'un projet démocratique qui fait passer en priorité l'intérêt des habitants. Nous revendiquons donc l'instauration  d’un scrutin sur liste paritaire homme-femme à la proportionnelle sur un programme départemental respectueux de la diversité démocratique. Je tiens à dire que cela avait été évoqué un temps par Manuel VALLS, et que cela  existe  pour d’autres scrutins. N’oublions pas que les élus départementaux doivent agir avant tout collectivement pour l'intérêt général de la Haute-Garonne. Cette solution serait de bon sens, écarterait toute suspicion et ferait taire toute critique.

2/Sur quel critères ces cantons ont-ils été redéfinis ?

Selon la note du Préfet, les critères qui ont prévalu sont uniquement d’ordre démographique et dans le but de  se rapprocher dans les 27 cantons édictés par la loi à plus ou moins 20% de la moyenne fixée à 46 061 habitants. Notons une exception pour 3 cantons du sud dont la population varie entre 33000 et 36000 habitants. Ainsi 14 futurs cantons seront dans l’aire du Grand Toulouse, soit 57% de la population du département. A y regarder de plus près, il apparaît cependant que l’objectif qui a présidé à l’élaboration de cette carte proposée est l’affirmation de la métropole toulousaine comme collectivité locale future, élue au suffrage universel, et la perspective d’étendre son périmètre à d’autres communes. On voit là une évolution qui interroge sur la place et le rôle du Conseil Général et du Département dans le projet de réorganisation territoriale en cours. C’est bien plus qu’un  découpage minutieux pour écraser la diversité, favoriser les « grands » partis et consolider le poids de quelques notables.

3/ Quelles conséquences pour le devenir du Conseil Général ?

Le découpage cantonal sur lequel nous devons nous  prononcer n’est en quelque sorte que l’arbre qui cache la forêt. La droite l’a bien compris et cherche à en faire un champ de bataille entre élus. Et la ligne d’affrontement entre la droite et la gauche permet d’occulter le vrai débat nécessaire sur le devenir des collectivités locales et de la démocratie locale. La droite qui par démagogie s’oppose au découpage des cantons est discréditée pour en parler, puisque Sarkozy préparait une réforme qui n’était guère plus juste et conduisait à la fin des départements. Le problème c’est que le gouvernement actuel ne fait pas mieux avec sa proposition.  En effet, la question de fond qui nous est posée est celle de l’avenir du Département et de ses services publics, l’avenir des agents publics,  la solidarité rural/urbain,  les péréquations et coopérations territoriales et  les moyens financiers pour répondre à tous les besoins des Haut-Garonnais.

 

 

 

Redécoupage des cantons : 3 questions à Patrick BOUBE, Conseiller Général (PCF/Front de Gauche) au Conseil Général de la Haute-Garonne.