Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Sous la pression du mouvement étudiant, le Conseil d’Administration de Sciences Po Toulouse refuse de voter le budget 2014

Le conseil d'administration (CA) de Sciences Po Toulouse, réuni le 28 novembre 2013 à 14h, a choisi de ne pas voter le budget 2014.

Face au désengagement de l'État et à l'iniquité des financements octroyés par la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP), la direction de l'IEP-Toulouse n'a eu d'autre choix que de présenter un budget ponctionnant 300 000 euros supplémentaires sur les étudiants, soit une augmentation moyenne des frais d'inscription de 43% par étudiant. Cette situation intolérable a provoqué les foudres des représentants étudiants issus de la liste Initiative des Etudiants Progressistes (liste IEP impulsée par l'Union des Etudiants Communistes), majoritaire au CA. Ceux-ci ont convoqué une assemblée générale le 26 novembre.

L'assemblée générale a décidé d'organiser un rassemblement devant l'IEP en même temps que se tenait le CA et a pris position contre le budget prévisionnel 2014. L'ampleur de la mobilisation et le caractère percutant des arguments des étudiants a amené un certain nombre de représentants des enseignants et du personnel à ne pas prendre part au vote du budget, conduisant à la non-adoption de celui-ci.

La FNSP, fondation privée reconnue d'utilité publique et chargée de favoriser le développement des sciences politiques en France, alloue aujourd'hui la plupart de son budget à Sciences Po Paris et affiche ouvertement son mépris pour les IEP de région.

Les difficultés financières dont Sciences Po Toulouse fait les frais relève plus du phénomène généralisé que de l'exception. Le désengagement de l'État de l'enseignement supérieur et de la recherche publics est une réalité admise par l'ensemble de la communauté universitaire. Ceci amène à une dégradation des conditions d'étude dans tout le pays, à la fermeture de certains sites et de filières jugées non-rentables. On voit aujourd'hui se multiplier les barrières à l'entrée de l'enseignement supérieur par le biais de tirages au sort, de hausses des frais d'inscription, ou de sélections sur dossier. La mise en concurrence des composantes de l'enseignement supérieur pour attirer des fonds privés ou publics ponctuels creuse les inégalités territoriales et porte atteinte à la cohésion et au maillage du service public de l'enseignement supérieur.

Cette politique échoue à répondre à deux grands enjeux de société actuels: la hausse du niveau global de formation pour garantir le progrès scientifique et technique de la Nation, et l'insertion professionnelle des diplômés. Nos diplômes sont attaqués, dévalorisés et individualisés, ce qui accentue la concurrence entre travailleurs et permet de tirer vers le bas les conditions de travail de l'ensemble des salariés.

Les étudiants de l'IEP affirment leur solidarité vis-à-vis de toutes les composantes de l'Enseignement Supérieur-Recherche touchées par ces phénomènes délétères, et appellent à amplifier la mobilisation. Nous n'avons pas à être la variable d'ajustement d'une austérité institutionnalisée !

 Union des Etudiants Communistes de Toulouse

No

Le conseil d'administration (CA) de Sciences Po Toulouse, réuni le 28 novembre 2013 à 14h, a choisi de ne pas voter le budget 2014.

Face au désengagement de l'État et à l'iniquité des financements octroyés par la Fondation Nationale des Sciences Politiques (FNSP), la direction de l'IEP-Toulouse n'a eu d'autre choix que de présenter un budget ponctionnant 300 000 euros supplémentaires sur les étudiants, soit une augmentation moyenne des frais d'inscription de 43% par étudiant. Cette situation intolérable a provoqué les foudres des représentants étudiants issus de la liste Initiative des Etudiants Progressistes (liste IEP impulsée par l'Union des Etudiants Communistes), majoritaire au CA. Ceux-ci ont convoqué une assemblée générale le 26 novembre.

L'assemblée générale a décidé d'organiser un rassemblement devant l'IEP en même temps que se tenait le CA et a pris position contre le budget prévisionnel 2014. L'ampleur de la mobilisation et le caractère percutant des arguments des étudiants a amené un certain nombre de représentants des enseignants et du personnel à ne pas prendre part au vote du budget, conduisant à la non-adoption de celui-ci.

La FNSP, fondation privée reconnue d'utilité publique et chargée de favoriser le développement des sciences politiques en France, alloue aujourd'hui la plupart de son budget à Sciences Po Paris et affiche ouvertement son mépris pour les IEP de région.

Les difficultés financières dont Sciences Po Toulouse fait les frais relève plus du phénomène généralisé que de l'exception. Le désengagement de l'État de l'enseignement supérieur et de la recherche publics est une réalité admise par l'ensemble de la communauté universitaire. Ceci amène à une dégradation des conditions d'étude dans tout le pays, à la fermeture de certains sites et de filières jugées non-rentables. On voit aujourd'hui se multiplier les barrières à l'entrée de l'enseignement supérieur par le biais de tirages au sort, de hausses des frais d'inscription, ou de sélections sur dossier. La mise en concurrence des composantes de l'enseignement supérieur pour attirer des fonds privés ou publics ponctuels creuse les inégalités territoriales et porte atteinte à la cohésion et au maillage du service public de l'enseignement supérieur.

Cette politique échoue à répondre à deux grands enjeux de société actuels: la hausse du niveau global de formation pour garantir le progrès scientifique et technique de la Nation, et l'insertion professionnelle des diplômés. Nos diplômes sont attaqués, dévalorisés et individualisés, ce qui accentue la concurrence entre travailleurs et permet de tirer vers le bas les conditions de travail de l'ensemble des salariés.

Les étudiants de l'IEP affirment leur solidarité vis-à-vis de toutes les composantes de l'Enseignement Supérieur-Recherche touchées par ces phénomènes délétères, et appellent à amplifier la mobilisation. Nous n'avons pas à être la variable d'ajustement d'une austérité institutionnalisée !

 Union des Etudiants Communistes de Toulouse

 

Sous la pression du mouvement étudiant, le Conseil d’Administration de Sciences Po Toulouse refuse de voter le budget 2014