Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Cheminots : Une grève d'intérêt général !

Le 16 juin 2014

Depuis 6 jours, à l’appel de la CGT et de Sud-rail, les cheminots, fortement mobilisés, sont en grève reconductible pour s’opposer à un projet de réforme du ferroviaire qui prépare l’éclatement et la vente à la découpe de l’entreprise publique SNCF.

Pour les cheminots, il faut une refonte du ferroviaire autour d’une entreprise publique intégrée, dégagée de toute contrainte de dette, capable d’investir dans le réseau. Une entreprise qui réponde aux besoins grandissants de transport des voyageurs et de fret, tout en garantissant des normes sociales élevées et une sécurité maximum.

Depuis octobre 2012, la CGT a travaillé à un projet alternatif, décliné en plate-forme revendicative par trois organisations syndicales (CGT-UNSA-SUD). Le gouvernement dit qu’il y a eu dialogue, c’est faux : il souhaite passer en force pour répondre aux exigences libérales avec en fond l’ouverture à la concurrence.

Les cheminots, et notamment les plus jeunes, l’ont bien compris, ce qui explique le très haut niveau de mobilisation. Dans la Haute-Garonne les Assemblées Générales réunissent 450 cheminots chaque jour, qui reconduisent majoritairement leur grève. Un bras de force est engagé avec ce gouvernement, Pépy, le directeur de la SNCF, et son bras armé la CFDT et l’UNSA. Le rapport de force a permis, enfin, d’intégrer à la loi l’obligation d’un rapport sur le traitement de la dette et de trouver de nouvelles sources de financement destinées aux infrastructures.

Pour autant, le compte n’y est pas, le gouvernement s’obstine à passer en force. Jeudi 12 juin, 350 cheminots se sont rendus à la fédération du PS, pour apporter leur réforme auprès des parlementaires de la majorité, mais le dialogue semble rompu entre les élites de ce parti et le monde du travail qui lui a pourtant donné sa confiance en 2012.

Sous le gouvernement UMP, le PS à St-Jory, lors d’une initiative de la CGT sur la défense du fret, nous faisait part de ses orientations en terme de développement du fret ferroviaire sous compétence de l’action publique. Aujourd’hui, plus un mot dans le cadre de son projet de loi. Entre-temps, ce gouvernement a choisi de répondre aux exigences de Pépy plutôt qu’à celles de la CGT et des cheminots, donc du service public.

Seul le groupe Communiste, Républicain et Citoyen, à l’Assemblée a pris en compte les revendications des cheminots. Le sujet demande un report du passage du texte à l’Assemblée et un vrai débat public.

Les cheminots restent fortement mobilisés et comptent bien imposer la voie du service public. 

No
 

Cheminots : Une grève d'intérêt général !