Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Les cent jours de la droite à Toulouse : cent jours contre le pouvoir d'achat des familles toulousaines

A l'approche des premiers cent jours de la nouvelle majorité municipale, le constat est indiscutable : la droite tape dans le porte-monnaie des toulousains et les services publics municipaux dus aux habitants, les attaques contre  le pouvoir d'achat se multiplient :

- abandon du projet de la Maison de l'Image au Mirail, qui remet en question tout le projet urbain d'ouverture et de développement de ce quartier populaire ;

- menaces de fermeture d'équipements publics dans les quartiers (comme la tentative faite sur la fermeture de la piscine d'Ancely et de Bellevue, que la mobilisation populaire a empêchée)

- suppression de postes à la ville, non-remplacement  de départs en retraite du personnel de la Mairie, on embauche des policiers mais on supprime des postes dans la petite enfance, l'éducation,  le socio culturel, la culture dégradant le service rendu aux Toulousains ;

- augmentation de 150 % des tarifs des CLAE et plus 4% pour les Centres de Loisirs pour les familles ;

- fermeture annoncée pendant 15 jours supplémentaires de Toulouse-Plage, qui va pénaliser les familles qui n’ont pas les moyens de partir en vacances ;

- annonce de la diminution de la somme allouée aux écoles par élève pour leur fonctionnement ;

- annonce de l'augmentation des tarifs des transports publics avec répercussion de l'augmentation de la TVA, ce qu'avait refusé la gauche ;

- déplacement du 14 juillet des allées Jean Jaurès à la Prairie des Filtres, soit 80 000 Toulousains privés de spectacle mais un joli cadeau aux bourgeois des bords de Garonne ;

- fermeture du marché des précaires, suppression du poste d'élu à l'Economie sociale et solidaire

- arrêt de l'investissement dans le transport

- arrêt de la rénovation des écoles

- arrêt du spectacle son et lumière sur la place Capitole, pourtant apprécié par dizaines de milliers de Toulousains l’an dernier ;

- restrictions sur la programmation de la Fête de la Musique aux dépens de la scène toulousaine

- diminution de 50% des emplois d'été à la Mairie pour les jeunes étudiants

- menaces sur les budgets associatifs

 La liste n'est malheureusement pas exhaustive !

La politique d'austérité mise en place par la Mairie de Toulouse, les coupes sombres dans les budgets affectés aux services publics vont frapper les Toulousains, notamment les familles, aggravant encore les difficultés dues à la crise qu'elles connaissent déjà. De plus, cette politique met Toulouse en panne d'investissements et donc en panne de projets, en panne de développement économique. L'obsession de restrictions budgétaires de M. Moudenc ne doit pas entraver le développement de la ville surtout qu'il a aujourd'hui les moyens financiers de faire autrement avec le budget 2014 voté par la municipalité de gauche.

 Les élus et militants communistes de Toulouse appellent la population à se mobiliser largement contre ses politiques qui mettent notre ville en panne, pour la défense du pouvoir d'achat, des services publics, pour que Toulouse ne redevienne pas une "belle endormie" mais continue d'avancer.

Pierre Lacaze,

Président du groupe CRC de Toulouse