Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Régionales 2015 : Pour une région solidaire et démocratique par Charles Marziani (PCF), vice-président du Conseil Régional

La mise en place par la loi de métropoles et de régions aux compétences élargies répond à une stratégie claire. Il faut dans un monde et une Europe où la concurrence règne totalement, s’inscrire dans une organisation territoriale qui fabrique des champions économiques. La métropole c’est la concentration des moyens financiers, humains, des savoirs, de la recherche, de la capacité d’innovation à mettre au service des grands groupes pour qu’ils jouent un rôle majeur dans la compétition internationale. Les dépenses vers les populations sont sacrifiées, les services publics privatisés, comme le montre les premières mesures prises par la droite à Toulouse.

 

Avec ses compétences renforcées -économique, innovation, formation professionnelle, aménagement du territoire, transports- la Région soutiendra l'émergence des métropoles. Elle n'assurera plus un aménagement équilibré des territoires, les redistributions solidaires utiles, le soutien à l’activité partout. C’est une nouvelle fracture territoriale qui est en germe. Pour la première fois des compétences exclusives sont données à chaque collectivité et la Région n'aura plus la « clause générale de compétence » et ne pourra soutenir communes et départements, associations,  en dehors des compétences fixées par la loi. Pour la première fois aussi la Région exercera une tutelle sur les autres collectivités, notamment en matière économique et de la formation professionnelle. C'est autour des grands groupes que s'organisera le soutien économique dans une concurrence exacerbée au niveau mondial. Le risque est l’accentuation de la spécialisation économique autour de champions et de filières, comme ici l’aéronautique.

 

L’autre sujet principal de cette réforme, c'est la centralisation des pouvoirs et l’éloignement des citoyens des lieux de décisions. Sous l’argument de lisibilité de l’action publique on transfère vers les régions et les métropoles l’essentiel des compétences. On concentre les pouvoirs de décisions sur des institutions nouvelles sans mise en place de nouveaux mécanismes démocratiques. Pas de consultations des élus ou des citoyens sur les politiques structurelles décidés. Un cercle plus restreint d’élus qui décident. Pour la région, compétences accentuées, territoires agrandis et même nombre d’élus.

Le présidentialisme est accentué à chaque niveau et l’éloignement des élus locaux des besoins exprimés par les populations la règle. Alors que pour répondre à la crise politique, à la crise de la représentation, il faut accentuer les mécanismes démocratiques permettant aux citoyens de participer aux choix et de les contrôler, il faut plus de collégialité.

La décentralisation à la Française s’est bâtie avec un rôle fort de l’Etat accompagné de la délégation de compétences et de services aux collectivités, plus près des besoins de la population.

Notre vision est celle d’un Etat garant des droits, de la solidarité et de l’égalité de tous sur l’ensemble du territoire, déclinant ses missions à partir d’une organisation territoriale permettant de répondre, dans la proximité, aux besoins de nos concitoyens.

 

L’institution régionale doit être le niveau de la coopération avec l’Etat sur des politiques stratégiques en coresponsabilité. Elle a un rôle de fédérateur, de correcteur des inégalités, de redistribution. La mise en place de chefs de files sur des politiques publiques clairement identifiés, ayant la responsabilité de les coordonner avec les autres collectivités, nous semble la bonne solution. Notre conception est celle de la solidarité, de la complémentarité et du développement commun.

 

Nous sommes pour une toute autre réforme territoriale qui engage une nouvelle étape de la vie démocratique de nos collectivités, qui leur donne les moyens de l’action publique, notamment par une réforme fiscale, et engage la réflexion sur un autre fonctionnement de l’Etat et de la République.

Charles Marziani

 

 

No
 

Régionales 2015 : Pour une région solidaire et démocratique par Charles Marziani (PCF), vice-président du Conseil Régional