Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Cohen : «Ce qui se passe est sans précédent» - La Dépêche du Midi 28/04/2015

«Ce qui se passe est sans précédent, c'est extrêmement grave et c'est un véritable mensonge». Pierre Cohen, ancien maire PS de Toulouse et actuel chef de file de l'opposition municipale, n'a pas mâché ses mots hier matin, lors d'un point presse où tous ses colistiers ont abondé dans le même sens après les annonces faites par Jean-Luc Moudenc d'augmenter les impôts locaux de 15 % à Toulouse et de 15 % pour Toulouse Métropole, sans compter la hausse des tarifs municipaux. Pour l'ancien maire (2008-2014), «c'est une supercherie et le secret a été bien gardé. Je suis convaincu que M. Moudenc a pris en otage les Toulousains après sa défaite électorale aux Départementale. C'est un mensonge, car il avait promis aux Toulousains qu'il y aurait une stabilité fiscale. Ses raisons ? La baisse des dotations de l'État qui ne tient pas. Si nous étions dans une situation de banqueroute, ça fait longtemps que la ville aurait été placée sous tutelle».

Pierre Cohen a rappelé, non sans nostalgie, que son équipe avait «donné à Toulouse une dimension en termes de service public, mis la Métropole en ordre de marche, remis les comptes à flot». Par ailleurs, il dénonce «l'absence de projet de Jean-Luc Moudenc et sa récupération (La Machine, le Métronum…) Pour Pierre Lacaze (PCF), le budget présenté aux Toulousains est «traumatisant et je conteste l'idée d'une gabegie financière». «Et je fais le pari qu'il y aura encore des augmentations annoncées pour l'an prochain», ajoute l'opposant. Ce dernier est rejoint par Jean-Jacques Rouch (groupe des radicaux) qui ne fait que constater «la triple peine infligée aux Toulousains». «Quant à la gratuité supprimée dans les cantines, ajoute-t-il, ce sont les plus pauvres qui vont devoir payer 1,10 euro par enfant et pour une famille qui en a plusieurs, on atteint vite la somme de 300 à 350 euros par an. Beaucoup ne pourront pas payer». D'ailleurs, selon Antoine Maurice (Verts) la hausse des tarifs municipaux «revient à faire les classes les plus modestes pour les classes moyennes (…) c'est la comédie du désastre».

Gérald Camier

Attached files: 
No
 

Cohen : «Ce qui se passe est sans précédent» - La Dépêche du Midi 28/04/2015