Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Toulouse Métropole : les élus communistes dénoncent une conception d'isolement de Toulouse, seule contre tous, et les logiques de privatisation de Tisséo

Lors du conseil communautaire de ce jeudi, les élus communistes de Toulouse-Métropole voteront de nouveau contre le budget 2016 qui acte une nouvelle augmentation des impôts de 7% , des augmentations de tarifs et des économies sur le dos des fonctionnaires et donc des services publics. Ce budget n'est pas un bon budget pour la Métropole. De plus, l'entêtement de Jean Luc Moudenc à positionner la Métropole uniquement sur les objectifs de la ville de Toulouse risque de conduire à un isolement de Toulouse et au non-respect de l'intérêt des autres communes de la Métropole. Tout cela au nom d'une promesse électorale, la 3ème ligne de métro.

Toulouse pourrait se retrouver seule contre tous : contre le Sicoval, le Muretain, le département, la Région, l'Etat. Et, une fois encore, Toulouse pourrait fragiliser les comptes consolidés de la ville, de la Métropole et de Tisséo en endettant les Toulousains sur plusieurs milliards d'euros, si l'on prend en compte la dette de JL Moudenc pour la ligne B et la dette annoncée pour la 3ème ligne de métro.

Les élus communistes et le PCF dénoncent le choix de ces priorités toulousaines sur les politiques de transports. Avec une population en hausse chaque année, il faut concrétiser rapidement les projets de Tram, de BHNS et de prolongement de la ligne B pour des transports en commun permettant d'en finir au plus vite avec les bouchons.

Les projets transports ne doivent pas être conçus uniquement pour la ville de Toulouse. La 3ème ligne de métro, c'est le programme électoral de Jean-Luc Moudenc, et non celui des 37 maires de la Métropole, ni celui du conseil départemental ou de la Région, surtout après l'échec cuisant des amis du maire de Toulouse à ces deux élections.

Financièrement, techniquement, il semble évident que le métro n'ouvrira pas au 1er janvier 2024. Ce ne sont que des promesses tout comme la "stabilité fiscale" promise et si vite oubliée. Mais derrière ces discours, on assiste à la mise en place des prémisses de privatisation de Tisséo par la sous-traitance annoncée de certaines lignes. Privatisation qui confierait la gestion de Tisséo à un groupe privé participant àl'investissement pour la 3ème ligne de métro mais laisserait la dette à la charge de la collectivité. On comprend mieux pourquoi Monsieur Briand laisse entendre qu'il pourrait de nouveau augmenter les impôts après 2020.

Jean Luc Moudenc dit qu'il a l'expérience de la construction des lignes de métro mais cela ne rassure pas les élus communistes car tout le monde sait que les lignes A et B ont été mal construites et mal financées. Sinon aujourd'hui nous ne parlerions pas d'une dette de plus d'un milliard d'euros, de la nécessité de rallonger des quais de la ligne A ou du prolongement de la ligne B. Si un métro doit voir le jour, il vaut mieux le prévoir au delà de 2024 en se donnant le temps d'un travail sérieux sur son financement. En attendant, il faut remettre à l'ordre du jour les projets abandonnés par M. Moudenc afin d'améliorer enfin les déplacements des habitants de l'ensemble de la Métropole. Ceux-ci ne peuvent patienter jusqu'en 2020 pour qu'une nouvelle majorité municipale et métropolitaine relance une politique ambitieuse de transports publics.

Pierre Lacaze, Martine Croquette, Monique Durrieu, Francis Sanchez, Daniel Fourmy

Le 16/12/2015

No
 

Toulouse Métropole : les élus communistes dénoncent une conception d'isolement de Toulouse, seule contre tous, et les logiques de privatisation de Tisséo