Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Ligue de l’Enseignement : les élus communistes soutiennent les salariés en lutte pour leurs emplois

La Ligue de l'enseignement de Haute-Garonne emploie 530 salariés, dont 80 % sont des animateurs en CLAE (Centre de Loisirs Associé à l’Ecole), accueils de loisirs et centres de loisirs. Elle est propriétaire notamment du domaine d'Ariane, à Mondonville. La Ligue est une structure nationale, avec des associations départementales.

La fédération départementale 31 de la Ligue de l’Enseignement est actuellement en redressement judiciaire à la suite d’une mauvaise gestion faisant l’objet depuis plusieurs années d’un droit d’alerte économique de la part des syndicats.

Les salariés se sont mis en grève à l’annonce par la direction d’un plan de licenciement touchant 37 salariés et de l’abandon des contrats liant l’association et la Mairie de Toulouse pour l’animation des douze CLAE (Centre de Loisirs Associé à l’Ecole) et des douze ADL (Accueil de Loisirs) de la Ville ce qui représente plusieurs centaines de salariés, mis de côté, et qui étonnamment seraient en dehors du plan social. Pourtant, ce n’est pas en abandonnant les secteurs les plus bénéficiaires des activités de l’association (CLAE, ADL) que les comptes pourront être redressés.

Pierre Lacaze,  Monique Durrieu, élus communistes de Toulouse, et Dominique Satgé, conseillère régionale communiste de Haute-Garonne, sont allés ce matin à la rencontre des salariés de la Ligue de l’Enseignement qui occupent depuis hier soir les locaux de la Fédération. Ils ont longuement discuté avec les syndicalistes, notamment avec le délégué CGT Franck Jenny, qui leur a expliqué l’historique de la situation actuelle de l’association.

La fédération départementale de la Ligue de l’Enseignement a reçu de nombreuses et importantes subventions publiques de la part du Département et de la Région pour assurer ses missions d’éducation populaire. A ce titre, il appartient à ces deux collectivités de demander des comptes à la Fédération sur sa gestion opaque comme sur le non-respect de ses salariés qui n’ont toujours pas pu rencontrer les membres du Conseil d’Administration pour leur soumettre leurs propositions qui permettraient de redresser, à terme, la situation financière de l’association et de développer ses missions d’éducation populaire par des projets de qualité.

La mairie de Toulouse doit également intervenir afin de veiller à la permanence et à la qualité du service des CLAE  et des ADL qui ne peuvent interrompre brutalement leurs activités sous peine d’une dégradation importante des conditions d’accueil des enfants scolarisés.

C’est en ce sens que les élus communistes de la Ville et de la Région interpelleront le Conseil départemental et le Conseil Régional. Nous alerterons aussi la ville de Toulouse qui ne peut cautionner une telle précipitation dans la gestion des CLAE et des Centres de loisirs.

La Ligue de l'Enseignement 31 a les moyens de faire face aux difficultés sans faire payer le prix d'une mauvaise gestion aux salariés. Les solutions doivent être trouvées avec l'engagement de la Ligue au niveau national. La situation est due à l'ancien responsable, démissionnaire l'année dernière et parti avec une forte indemnité. Il est scandaleux qu'aujourd'hui ce soit les salariés qui trinquent. Le PCF et ses élus soutiennent les salariés en lutte et exige de toutes les collectivités la plus grande transparence sur cette situation.

No
 

Ligue de l’Enseignement : les élus communistes soutiennent les salariés en lutte pour leurs emplois