Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Voeu sur le prolongement de la ligne B du métro, présenté par Martine Croquette au Conseil Municipal de Toulouse du 18 mars 2016

CONSEIL MUNICIPAL DU 18 MARS 2016

VŒU DU GROUPE DES ÉLU-E-S COMMUNISTES RÉPUBLICAINS ET CITOYENS POUR UN DEVELOPPEMENT DES TRANSPORTS EN COMMUN DANS L’INTERET DES TERRITOIRES.

Vœu présenté par Martine CROQUETTE

L’annonce de la décision du président de Toulouse-Métropole de renoncer au prolongement de la ligne B du métro jusqu’à Labège a provoqué de nombreuses réactions d’incompréhension,  voire de colère, de la part de collectivités partenaires telles le Sicoval ou le Conseil départemental mais aussi des nombreux Toulousains, ou habitants de communes de notre Métropole, qui travaillent dans les bassins d’emplois de Ramonville et Labège-Innopole.  La réunion de conciliation organisée par le Président du Conseil départemental, le 7 mars dernier, s’est soldée par un nouvel échec en raison de l’opposition de la Métropole à ce projet. Le raccordement, par métro, du terminus de la ligne B à Ramonville puis Labège, permettrait pourtant d’obtenir des financements conséquents de la part des autres collectivités impliquées : 60 millions d’euros du Département, 30 millions du Sicoval, 20 millions de la Région et 20 millions de l’Etat. Reste 50 millions que devrait abonder Toulouse-Métropole.

Malgré ces aides importantes, Toulouse-Métropole s’entête sur un projet d’Aérotram, de capacité beaucoup plus faible que le métro, et qui serait détruit en cas de liaison métro ultérieure. Cela représenterait un véritable gaspillage des deniers publics, de l’ordre de 45 millions. A nouveau un chantier métro fait seulement en partie.

Toulouse, bien qu’étant la ville-centre de notre métropole, ne peut pas pour autant décider seule de la politique des transports de l’ensemble de la métropole, contre les besoins des autres collectivités de l’agglomération. C’est pourtant ce qu’il semble se dessiner avec l’abandon de la plupart des projets transports, au profit de la seule et hypothétique 3ème ligne de métro.  On évoque d’autres projets mais reculant de 2 à 10 ans la desserte de ces bassins d’emplois, c’est trop, les Toulousains ne peuvent attendre et constater, après le blocage du Tram, le blocage de la ligne B du métro. Tous ceux qui subissent quotidiennement les embouteillages de la rocade et de l’ensemble des secteurs n’en peuvent plus, deux ans c’est très long pour eux.

Il serait dangereux pour la cohésion de notre collectivité de diviser la population en conduisant une politique des transports semblant privilégier les intérêts du centre de Toulouse, contre ceux des habitants des autres territoires. Toulouse doit être solidaire de l’ensemble des communes et des collectivités de l’agglomération. Il est de la responsabilité du Maire de Toulouse, président de la Métropole, d’impulser une politique solidaire, pour des transports en commun irrigant l’ensemble des territoires, les bassins d’emplois et les zones commerciales denses de l’agglomération. Cette politique serait, de fait, également profitable aux Toulousains, qui eux aussi, ont besoin de pouvoir circuler sur la rocade toulousaine, actuellement régulièrement asphyxiée par les embouteillages.

C’est pourquoi, le Conseil Municipal de Toulouse, réuni le vendredi 18 mars 2016, se prononce pour :

- Acter dès maintenant le raccordement, par métro du terminus de la ligne B jusqu’à Labège en desservant le Parc technologique du Canal, rendant ainsi possible la participation au financement de l’ensemble des collectivités concernées, Sicoval, Métropole, Département, Région et de l’Etat.

No
 

Voeu sur le prolongement de la ligne B du métro, présenté par Martine Croquette au Conseil Municipal de Toulouse du 18 mars 2016