Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Christian Picquet ;"Le mouvement social est une chance pour la France et pour la Gauche"

Je remercie tout d’abord les camarades de la fédération d’avoir proposé ma candidature à ces responsabilités, et j’en mesure l’importance. Surtout en un moment où, comme le dit mon ami Pierre Laurent, « c’est le PCF qui tient la gauche debout ». Et où il lui revient, conformément à son histoire, de prendre les initiatives à même de nous éviter la débâcle, à la fin d’un quinquennat nauséeux.

Nous venons d’assister au vote du Brexit en Angleterre, n’est-ce pasla face cachée de l’iceberg ?

Les politiques néolibérales et libre-échangistes conduisent l’idée européenne à sa perte. Les peuples se sentent méprisés, attaqués sur leurs conquêtes. Dans le rapport actuel des forces, leur colère nourrit souvent la montée de droites extrêmisées et de formations xénophobes. Comme pour le « Brexit »...
De nouveaux fondements s’imposent pour la construction européenne, ceux d’une union de nations souveraines et de peuples associés, déterminant démocratiquement leur destin commun. À cette fin, il faut en finir avec l’austérité, renégocier les traités, tourner les politiques européennes vers l’emploi, les services publics ou la conversion écologique de l’économie. Remettre à plat l’architecture institutionnelle de l’espace communautaire, changer les orientations comme le statut de la Banque centrale, rediscuter le rôle de la
monnaie unique et la place de la zone euro.
La France doit proposer une conférence citoyenne sur tous ces points.

François Hollande est rejeté par une large majorité de nos concitoyens qui refusent de le voir candidat. Poutou, Melenchon et d’autres sont déjà depuis des mois en campagne. Comment vois-tu la situation politique à gauche pour 2017, et le rôle du PCF?

L’exécutif et ses soutiens sont rejetés par le pays. Leur divorce est même consommé avec la majorité du peuple de gauche, y compris avec les électeurs socialistes. FrançoisHollande peut bien, avec l’ersatz de «primaire » que veut organiser la direction du PS, tenter de se remettre en selle, son bilan lui interdit de pouvoir rassembler la gauche et remporter la prochaine présidentielle. Des énergies nombreuses se dégagent, de toutes les composantes de la gauche, du mouvement social, de l’aspiration montant
de la société à un renouveau démocratique. Elles peuvent aboutir à l’émergence d’une proposition ayant l’ambition de reconquérir une majorité politique, sur des choix de transformation. Faute d’y parvenir, la gauche risque d’être éliminée de la présidentielle, marginalisée dans la future Assemblée, condamnée à l’impuissance face à une droite réactionnaire comme jamais et à un Front national aux portes du pouvoir.
C’est pour conjurer ce qui serait une catastrophe pour notre peuple que nous appelons à enclencher une vaste dynamique populaire.
En commençant par traiter des questions de contenus : le « Pacte d’engagements» dont nous proposons l’élaboration à des milliers de mains répond à ce souci, et nous voudrions qu’il soit validé par une grande
votation citoyenne à l’automne. Le plus large rassemblement, à gauche, dans un tel processus, est possible. Ce qui permettrait, pour la présidentielle, l’émergence d’une candidature commune n’apparaissant pasvouloir seulement témoigner mais gagner. Et aux législatives, pourraient être désignés des candidates et candidats portant un mandat élaboré au plus près des citoyens.

Nous sommes depuis des mois face à un mouvement social fort et un gouvernement qui choisit la stratégie de la tension, penses-tu que nous puissions faire revoir sa copie à Valls ?

Hollande, Valls et leurs ministres sont d’autant plus provocateurs qu’ils se savent désavoués par l’opinion sur la loi El Khomri. Ils n’ont même plus de majorité à l’Assemblée, d’où leur recours au 49-3. Il est donc possible de gagner, d’obtenir le retrait de ce projet ou sa suspension afin de rouvrir la négociation avec les syndicats. Le mouvement social est violemment attaqué, mais il est une chance pour la France et la gauche. Car il démontre que la régression n’est pas une fatalité et que d’autres choix sont possibles à gauche.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.