Fédération de la Haute-Garonne

Fédération de la Haute-Garonne
Accueil
 
 
 
 

Voeu du groupe des élu-e-s communistes de Toulouse pour l'abandon des augmentations de tarifs dans les transports urbains - Conseil Municipal du 10 mars 2017

Vœu présenté par Pierre LACAZE

La nouvelle tarification des transports urbains Tisséo continue de susciter un vif mécontentement parmi la population toulousaine, notamment la suppression de la gratuité pour les seniors et les chômeurs. Une pétition en ligne a déjà recueilli plus de 10 000 signatures.

En effet, l’augmentation touche les petites retraites, même à peine supérieures au SMIC, pour lesquelles l’abonnement s’élève maintenant à 15 euros par mois. Mais elle touche également les retraites situées en dessous du seuil de pauvreté (840 € par mois) puisque les retraités qui perçoivent une pension comprise entre le SMIC et le montant ASPA (Allocation de Solidarité pour Personnes Âgées, soit 802 €/mois) devront payer leur abonnement mensuel  10 euros.

Quand on vit avec des revenus inférieurs au seuil de pauvreté, un tarif de 10€ par mois peut contraindre à renoncer à cet abonnement.  La faculté de se déplacer facilement est pourtant une condition essentielle au maintien d’une vie sociale. Cette mesure va donc à l’encontre de la lutte contre l’isolement qui touche beaucoup de personnes âgées.

Pour ceux qui devront s’acquitter d’un abonnement à 15 euros, si leur retraite est légèrement au-dessous du SMIC, ce coût supplémentaire peut les inciter à renoncer aux transports collectifs au profit de leur véhicule personnel afin d’éviter le paiement de l’abonnement. Cette mesure ne favorise donc pas le report modal en faveur des transports collectifs, bien au contraire, à l’heure où l’urgence climatique exigerait des mesures fortes en faveur des modes les moins polluants.

Gratuité supprimée également pour les chômeurs et les bénéficiaires du RSA : les nouveaux tarifs s’appliqueront y compris pour des revenus compris entre le montant ouvrant droit à la CMU-C (720 €/mois en 2016) et  le SMIC (1141,67€/mois en 2016) c’est-à-dire pour des revenus situés en dessous du seuil de pauvreté. Les jeunes non-étudiants de moins de 26 ans, pourtant souvent en situation précaire, sont eux aussi pénalisés n’étant plus bénéficiaire du tarif Jeunes à 10 €.

Enfin, les Toulousains titulaires d’un abonnement-salarié vont également subir une forte augmentation de tarif puisque leur abonnement passerait de 46,80€ à 50€ (et de 23,40 à 25€ si on tient compte de la part employeur.)

Dans un contexte national de crise aggravée, le pouvoir d’achat des Toulousains, déjà ponctionné par les fortes hausses d’impôts locaux, ne doit pas subir de nouvelles hausses de tarifs, notamment celui des plus démunis d’entre eux.

C’est pourquoi, le Conseil municipal, réuni le 10 mars 2017, demande au Président du SMTC, de revenir sur les hausses de tarifs des transports publics :

-          En établissant une véritable tarification sociale allant jusqu’à la gratuité pour le plus grand nombre de seniors, les chômeurs et les allocataires du RSA ;

-          En élargissant le Tarif Etudiant à 10 € mensuel à tous les jeunes de moins de 26 ans.

No
 

Voeu du groupe des élu-e-s communistes de Toulouse pour l'abandon des augmentations de tarifs dans les transports urbains - Conseil Municipal du 10 mars 2017